Émissions de gaz à effet de serre en Auvergne-Rhône-Alpes

Émissions de gaz à effet de serre (incluant les gaz fluorés) par habitant

6.7 teqCO2/hab

Source données de population : INSEE

Évolution des émissions de gaz à effet de serre (1990 – 2017)

Une tendance à la baisse des émissions de GES depuis 2005

Les émissions de GES intégrant les gaz fluorés s’élèvent à 53 415 KteqCO2. Elles sont constituées à 70% d’émissions d’origine énergétique et à 30% d’émissions d’origine non énergétique (dues aux activités agricoles et à certains processus industriels).
Les émissions totales de GES sont en hausse de 2% par rapport à 2016. Les émissions de GES (hors gaz fluorés) ont également progressé de 2% mais sont en recul de -16% par rapport à 2005 et de -15% par rapport à 1990.

Chiffres-clés 2017

  • Émissions de GES (y compris gaz fluorés) : 53.4 MteqCO2
  • Baisse des émissions de GES (hors gaz fluorés) vs 1990 : -15%
  • 5% des GES émis sont des gaz fluorés
 

Méthodologie : Les données d’émissions de GES sont des données 2017, à climat normal. En 2020, l’ORCAE a intégré dans le calcul des émissions de GES (à partir de 2010), les gaz fluorés suivants : hydrofluorocarbures, perfluorocarbures, hexafluorures de soufre et trifluorure d’azote. Ces gaz sont uniquement présents dans le secteur industrie et gestion des déchets. Auparavant seuls le dioxyde de carbone (CO2), le méthane (CH4) et le protoxyde d’azote (N2O) étaient pris en compte dans les bilans de l’observatoire.

Les séries sont recalculées chaque année pour prendre en compte les évolutions méthodologiques.

Plus d'infos sur la méthodologie

Émissions de gaz à effet de serre par secteur 

Les transports représentent plus du tiers des émissions de GES régionales

Emissions de GES 2017 (y compris gaz fluorés)

  • Résidentiel : 8 320 kteqCO2      
  • Tertiaire : 3 664 kteqCO2
  • Industrie et gestion des déchets : 14 057 kteqCO2
  • Transports : 18 293 kteqCO2
  • Agriculture, sylviculture et aquaculture : 9 083 kteqCO2
 

Les transports (34%) et le secteur industrie et gestion des déchets émettent plus de 60% des GES en région. Les bâtiments résidentiels et tertiaires représentent 22.5% des émissions de GES régionales. Le secteur agricole pèse pour 17% dans les émissions de GES alors qu’il ne représente que 2% des consommations énergétiques.

 

Évolution des émissions de gaz à effet de serre par secteur

Les émissions de gaz à effet de serre (hors gaz fluorés) de l’ensemble des secteurs sont en recul depuis 2005, sauf pour les transports.

Les émissions de gaz à effet de serre du secteur industrie et gestion des déchets sont en net recul depuis 1990 (-44%) ainsi que celles des bâtiments (-17% par rapport à 1990). La tendance à la baisse semble stagner à court terme car les émissions de GES ont progressé entre 2016 et 2017 (sauf pour le résidentiel).

 

Émissions de gaz à effet de serre par énergie 

60% des émissions de GES régionales sont dus à l’utilisation d’énergies fossiles

Chiffre-clé 2017

  • Les émissions non énergétiques représentent 31% des émissions de GES régionales
 

En région Auvergne-Rhône-Alpes, la part des énergies fossiles dans les émissions de GES est de 61% (produits pétroliers (45%), gaz (15%) et CMS (1%)) et les émissions d’origine non énergétique représentent près du tiers des émissions de GES régionales.

Évolution des émissions de GES par énergie

La part du gaz en tant que source d’émissions de gaz à effet de serre a augmenté de 4.5 points par rapport à 1990 alors que les émissions liées aux autres sources d’énergie baissent.

Émissions de GES par secteur et par énergie 

Les émissions d’origine non-énergétique représentent 92% des émissions du secteur agricole Ces émissions proviennent de l’élevage et de l’utilisation d’engrais pour les cultures.

Dans le secteur industrie et gestion des déchets, les émissions non énergétiques (dues aux procédés industriels, à l’utilisation de solvants et au traitement des déchets) représentent 46% des émissions. Cette part s’élève à 57% en incluant les gaz fluorés. La part des émissions liées aux énergies fossiles est passée de 48% en 1990 à 38% en 2017.

Dans le secteur tertiaire la part des émissions liées à l’usage de produits pétroliers a été divisée quasiment par 2 entre 1990 et 2017 alors que la part des émissions dues au gaz et à l’électricité a significativement augmenté (+23 points).

Dans le secteur résidentiel les émissions majoritairement liées au produits pétroliers (45%) et au CMS (11%) en 1990, sont en 2017, dues pour près de la moitié au gaz (48%).

Dans le secteur des transports routiers, les émissions sont quasi exclusivement issues de l’utilisation des produits pétroliers.

[Mise à jour : juillet 2020]