Potentiel de développement des EnR en Auvergne-Rhône-Alpes

Potentiel de développement des EnR

L’ORCAE a estimé les potentiels de développement d’énergie renouvelable pour 4 filières : méthanisation, solaire (photovoltaïque et thermique), bois et éolien.

Ces potentiels ont été calculés sur la base d’un certain nombre d’hypothèses (cf méthodologies des différents potentiels).

 

Potentiel de méthanisation

Le potentiel annuel de méthanisation (volume de méthane et énergie) a été estimé à partir des différents gisements présents sur le territoire.

Cette estimation tient compte des gisements déjà utilisés par les unités de méthanisation.

Dans le cadre de l’évaluation des potentiels d’énergies renouvelables, le potentiel méthanisable a été caractérisé pour la région Auvergne-Rhône-Alpes. La méthodologie est en partie fondée sur l’étude réalisée pour le compte de l’ADEME par SOLAGRO et INDDIGO en 2013 : estimation des gisements potentiels de substrats utilisables en méthanisation. Depuis la version V4, le potentiel tient compte des installations de méthanisation existantes : la partie du potentiel déjà exploitée est retranchée du potentiel pour obtenir le potentiel restant.

Les principes généraux de la méthodologie sont les suivants. Les quantités de matières sont déterminées par filière : agriculture avec déjections animales, résidus de cultures et CIVE, biodéchets ménagers, déchets verts, assainissement, restauration commerciale, restauration collective pour les établissements de santé, maisons de retraite et établissement sociaux, restauration collective pour les établissements scolaires, petits commerces et distribution (l’industrie agroalimentaire n’est plus prise en compte depuis la version V4). La part mobilisable de ces différentes quantités de matières est ensuite estimée puis converties en volume de méthane et en énergie (GWh). La conversion des quantités de matières en volumes de méthane est fondée sur le pouvoir méthanogène qui varie selon le type de matière. Le pouvoir méthanogène est exprimé en m3 de méthane par tonne de matière, cette dernière pouvant être exprimée en matière brute (MB), matière sèche (MS) ou matière organique (MO). A titre d’exemple, le pouvoir méthanogène des cannes de maïs est de 243 m3 CH4 / tMS. La conversion des volumes de méthane en énergie est effectuée à l’aide du pouvoir calorifique inférieur (PCI) du méthane (9.94 kWh/m³ de CH4). Pour plus de détails, se référer à l’étude citée précédemment. Ce document précise également les différences entre la méthodologie mise en place dans le cadre de cette étude et celle de SOLAGRO-INDDIGO.

Une partie de ce potentiel qui ne tient pas compte des installations de méthanisation existantes est déjà exploitée à l’heure actuelle. Cette partie du potentiel déjà exploitée est estimée à l’aide du suivi régional mutualisé de la filière méthanisation (suivi annuel DREAL / Région /ADEME opéré par la DREAL et AURA-EE). Elle est ensuite retranchée du potentiel pour obtenir le potentiel restant.

L’échelle retenue pour ce travail est celle de la commune : le potentiel méthanisable est calculé par commune. Il peut ensuite être agrégé à des échelles spatiales plus grossières (EPCI, départements…).

Potentiel solaire photovoltaïque

La production solaire photovoltaïque annuelle a été estimée en considérant qu’un maximum de panneaux solaires est installé sur les parkings (ombrières) et les bâtiments existants.

NB : La concurrence entre le photovoltaïque et le solaire thermique n’est pas prise en compte. Le potentiel ne tient pas compte des installations existantes.

Potentiel solaire thermique

La production annuelle de chaleur par l’installation de panneaux solaires thermiques a été estimée sur la base d’une approche par besoin en chaleur des secteurs industrie et résidentiel.

NB : La concurrence entre le photovoltaïque et le solaire thermique n’est pas prise en compte. Le potentiel ne tient pas compte des installations existantes.

Potentiel bois (surfaces de forêts exploitables)

Les surfaces de forêts exploitables ont été caractérisées pour différentes échelles spatiales de la région Auvergne-Rhône-Alpes en fonction du degré de pente ou du type d’essence.

Potentiel éolien (zones favorables au développement de l'éolien)

Les zones favorables au développement de l’éolien ont été identifiées en croisant des contraintes réglementaires et environnementale.

NB : Le potentiel ne tient pas compte des installations existantes

[Mise à jour : mars 2022]