Méthodologie de calcul des indicateurs d’impact sur le tourisme de neige

Même si l’attractivité et la fréquentation d’une destination touristique ne dépendent pas uniquement de paramètres climatiques, le tourisme en Auvergne-Rhône-Alpes risque d’être impacté par le changement climatique, avec des effets sur la fréquentation des domaines skiables.

L’étude des impacts du changement climatique sur l’activité ski consiste à analyser les liens possibles entre les paramètres climatiques et l’offre ski des domaines skiables alpins et nordiques. Dans cette optique, plusieurs indicateurs ont été mis en place :

  • Indicateurs climatiques
  • Température moyenne : moyenne des températures moyennes journalières sur la saison hivernale (20 décembre – 20 mars).
  • Hauteur de neige moyenne : moyenne des hauteurs de neige journalières sur la saison hivernale.
  • Pourcentage de jours où la hauteur de neige est supérieure ou égale à 30 cm et pourcentage de jours où la température minimale est inférieure à -2°C. Les périodes étudiées, en plus de la saison hivernale, sont les 3 « sous-saisons » suivantes : 20 décembre - 10 janvier, 11 janvier - 10 février et 11 février - 20mars.
  • Indicateurs de fréquentation des domaines skiables
  • Fréquentation des domaines skiables alpins par type de station : nombre de journées-skieurs sur un panel de stations d’Auvergne-Rhône-Alpes.
  • Fréquentation des domaines skiables nordiques : nombre de journées-skieurs sur un panel de stations auvergnates.
  • Offre ski depuis 1960 par type de station : cumul des débits par tranche altitudinale et des moments de puissance (le moment de puissance d’une remontée mécanique est le produit de la dénivelée par le débit - unité : km.skieurs/heure) en fonction de l’altitude des points de départ des remontées mécaniques.

La typologie des stations de ski alpin est celle retenue par Domaines Skiables de France (DSF) : petites stations (MP<2 500 km.sk/h), stations moyennes (2500 km.sk/h < MP < 6 000 km.sk/h), grandes stations (6 000 km.sk/h < MP < 15 000 km.sk/h) et stations de très grande taille (MP > à 15 000 km.sk/h).

Indicateurs climatiques

La précision des mesures est de ±0,1°C pour les températures et ±2 cm pour la hauteur de neige. Les mesures sont journalières, et n’ont pas fait l’objet d’un traitement d’homogénéisation de la part de Météo France.

Le choix a été fait d’utiliser des histogrammes pour représenter les indicateurs. Sur les graphiques figurent les moyennes mobiles, calculées annuellement de façon glissante sur 10 ans. Leur utilisation permet de lisser la variation interannuelle et de visualiser graphiquement l’évolution du paramètre étudié.

Un critère d’exclusion a été appliqué pour chaque station de mesure étudiée et chaque paramètre climatique, sur les années qui présentent des données manquantes. Le critère retenu consiste à exclure les années où, sur la période étudiée, il manque plus de 20% de données. Les années ainsi exclues sont barrées sur les graphiques.

L’analyse d’impact du changement climatique consiste à comparer deux périodes climatiques, une période (ou normale) climatique étant de 30 ans, selon la définition de l’Organisation météorologique mondiale.

Source des données

Les indicateurs précédemment décrits sont calculés à partir de données de températures et d’enneigement journalières fournies par Météo France.

Indicateurs de fréquentation des domaines skiables

Journées-skieurs des domaines skiables alpins et enneigement

La fréquentation des domaines skiables alpins s’exprime en journées-skieurs. Elle est transmise à DSF par les exploitants de domaines skiables. Le panel qui a permis de calculer les journées-skieurs dans cette étude est constitué de 68 stations d’Auvergne-Rhône-Alpes qui ont renseigné leur fréquentation, plus d’une saison sur deux en moyenne.

À partir de ce panel, les données manquantes ont été reconstituées en utilisant une méthodologie basée sur le moment de puissance : pour une famille de stations donnée (petite, moyenne, grande, très grande) et pour chaque année, le total de journées-skieurs obtenu est extrapolé en fonction du ratio que représente cet échantillon du moment de puissance total de cette famille, cette année-là.

Pour des raisons de représentativité statistique, ont été exclues de l’analyse les années où le nombre de répondants était inférieur à 70% du panel : c’est le cas des années antérieures à 1995 et postérieures à 2012.

Les graphiques retenus pour montrer l’évolution dans le temps des journées-skieurs sont de deux types :

  1. Le premier, en base 100, présente l’évolution des journées-skieurs entre la saison 1995-96 (qui est utilisée comme référence) et la saison 2011-12, par type de station. L’usage du graphe en base 100 permet de comparer chaque année à une période de référence et de distinguer facilement les évolutions de plusieurs grandeurs entre deux périodes données, en les mettant au même niveau.
  2. Le second présente de manière plus classique les valeurs réelles des journées skieurs.

L’objectif de l’analyse des journées-skieurs est d’identifier les « accidents » de fréquentation (diminution importante de la fréquentation d’une année sur l’autre), pour ensuite les comparer à l’enneigement.

Journées-skieurs des domaines de ski nordique auvergnats et enneigement

Les journées-skieurs des domaines nordiques du Sancy, du Cantal, du Velay, des Crètes du Forez, du Col du Béal, de Montorcel et de Saint-Urcize sont utilisées par l’observatoire pour étudier la fréquentation des domaines de ski nordique auvergnats.

L’objectif de cette analyse est d’identifier les « accidents » de fréquentation (diminution importante de la fréquentation d’une année sur l’autre), pour ensuite les comparer à l’enneigement (pourcentage de jours où la hauteur de neige est supérieure ou égale à 30 cm) à la station du Lioran (1 450m d’altitude).

Source des données

  • Atout France pour le traitement des journées skieurs.
  • Auvergne-Rhône-Alpes Tourisme pour les journées-skieurs des domaines nordiques auvergnats.

Indicateur d’évolution de l’offre de ski

L’offre ski est exprimée par une donnée sommant le produit de la dénivelée d’une remontée mécanique avec son débit, pour l’ensemble des remontées d’un domaine. On lui donne le nom de « moment de puissance ». Il s’exprime en km.skieurs/heure.

Pour le calcul de l’indicateur relatif à l’offre ski, n’ont été retenus que les appareils fournissant du ski propre. Ont donc été retirés de l’analyse les appareils dont on ne peut rejoindre le point de départ à ski. Ces appareils sont qualifiés d’ascenseur ; ils jouent le même rôle qu’une route donnant accès à une entrée de domaine skiable.

La répartition du moment de puissance en fonction de l’altitude dans les stations d’Auvergne-Rhône-Alpes a été calculée à partir de 109 gestionnaires de domaines skiables. Les sites ont été regroupés par gestionnaire, afin de pouvoir relier les informations relatives à l’offre à celles relatives à la fréquentation transmise par les exploitants. Le calcul de l’altitude de chaque famille de stations est ensuite réalisé. L’altitude d’un domaine skiable est définie comme l’altitude au-delà de laquelle se concentre 80 % de l'offre ski (premier quintile). Le calcul est fait sur la base du moment de puissance de chaque appareil, à l’altitude de son point de départ.

Source des données

Les moments de puissance, qui ont permis le calcul de cet indicateur, sont issus de la base de données CAIRN (Catalogue informatisé des remontées mécaniques nationales) du Service technique des remontées mécaniques et des transports guidés du Ministère de l’écologie, du développement durable et de l’énergie (STRMTG).

[Mise à jour : juin 2019]